La plupart d’entre vous savent déjà qu’au mois de mai prochain, Ariane Wilhem traversera l’île de Bali en une nuit, parcourant une distance de 84 kilomètres. Mais avez-vous déjà réfléchi à ce que cela représente réellement? Les coureurs parmi vous ont certainement une assez bonne idée, puisque vous pouvez comparer ça aux distances que vous avez déjà parcourues, mais pour le reste d’entre nous, le meilleur moyen de décrire une course d’une telle longueur est tout simplement: «trop longue». Alors cette semaine, j’aimerais essayer de mettre les choses en perspective en examinant l’exploit sportif imminent d’Ariane de différentes manières.

84000 METRES

Imaginez courir un marathon et réaliser, au moment où vous franchissez la ligne d’arrivée, que vous avez oublié vos clés au départ. Si vous retournez les chercher, vous aurez parcouru la distance du Bali Hope Ultra, mais une fois de plus, cela ne parlera qu’aux coureurs.
À vol d’oiseau, 84 kilomètres à partir de Neuchâtel vous amènerait à Bâle, Besançon ou Nyon… Mais pour arriver au Paléo à temps, il faudra prendre des palmes, puisqu’en ligne droite il faudra traverser le lac de Neuchâtel et le Léman.
Si vous faites vos dix mille pas par jour, il vous faudra environ une semaine et demie pour parcourir la distance, soit l’équivalent de 509091 barres de Toblerone alignées ou 19 Cervins couchés les uns à côté des autres.
Je sais qu’Ariane aime le chocolat, mais je suis quasi sûr que ce n’est pas comme ça qu’elle mesure ses courses.

TEMPS

Je ne sais évidemment pas combien de temps il faudra à Ariane pour terminer la course (sinon j’aurais placé un plus gros pari lors du dîner de soutien), mais ça sera certainement plus de dix heures.
En gros, c’est comme une journée de travail complète, trajet aller-retour et pause de midi compris… Sauf qu’Ariane ne passera pas la majeure partie de son temps assise au bureau à regarder Facebook.
Si vous n’êtes pas au boulot, en 10 heures vous pouvez regarder 30 épisodes de Big Bang Theory ou presque arriver au bout de la director’s cut de la trilogie du Seigneur des Anneaux.
Vous pouvez aussi écouter Despacito 128 fois, mais je ne sais pas pourquoi vous le voudriez.

EFFORT

Rester assis sur le canapé toute la journée à regarder Netflix ne consomme par contre pas autant d’énergie que courir deux marathons d’affilé.
Si mes calculs sont corrects, Ariane brûlera environ 6000 calories pendant la course, soit l’équivalent de 35 Toblerones ou 150 carottes.
Pour brûler ça sans bouger, il faudrait regarder 200 épisodes de votre sitcom préférée, ou alors faire plus d’un demi-million de frappes sur un clavier.
En gros, j’ai fait environ 400 mètres depuis le début de cet article.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que courir 84 kilomètres n’a pas l’air facile. Je suis content de savoir que moi je serai assis dans un bus en train de manger un Toblerone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *